Aloha, Ishigaki !

Baie de Kabira à Ishigaki

Le sable blanc, les palmiers, l’eau turquoise… Pas forcément la première image qui vient en tête  quand on pense au Japon, alors qu’avec 35 degrés à l’ombre et une humidité qui fait perdre des litres d’eau au moindre mouvement, l’été japonais est plutôt du genre à donner des envies de plage ! Et pourtant, à quelques heures d’avion de Tokyo, le pays recèle tout un chapelet d’îles qui s’étend sur des milliers de kilomètres, quasiment jusqu’à Taïwan. Plages de sable, récifs coralliens, îles volcaniques ou minuscules îlots couverts de canne à sucre, paradis secrets ou usines à touristes, tout y passe et vous trouverez certainement celle qui vous convient le mieux. Pour nous, la destination s’appelle Ishigaki : île principale de l’archipel des Yaeyama, dans la préfecture d’Okinawa, c’est aussi l’une des îles les plus éloignées à être desservie par des vols directs depuis le Japon « continental ». Deux heures et demies de vol depuis Osaka et nous voilà à 250 kilomètres de Taïwan !

Ananas à Kabira Bay, Ishigaki.

Le dépaysement commence dès la sortie de l’aéroport : palmiers, vent marin et vue sur la mer, on se croirait plus à Hawaï qu’au Japon ! Le rythme est tellement plus calme, ça aussi ça fait du bien ! Le chauffeur du bus qui nous emmène à la guesthouse joue d’ailleurs les guides touristiques, s’arrêtant aux plus beaux points de vue pour permettre aux passagers de prendre des photos.

Paysage Ishigaki

Pour cette semaine de détente nous avons choisi de loger à la guesthouse Iriwa (lien ici), dans le Nord de l’île, près de la baie de Kabira. Avec son eau turquoise, son sable blanc et sa vue sur les montagnes, cette baie est l’un des spots phares d’Ishigaki et on comprend vite pourquoi ! Seul bémol, n’espérez pas vous y baigner, les courants et les méduses vous obligeront à rester sur le sable… Dur dur, surtout quand il fait 35 degrés et qu’on a les pieds dans cette eau ! Derrière la baie, le village de Kabira est aussi un endroit agréable avec un petit parc, pas mal de restos, quelques cafés et deux supérettes – qui vendent le strict minimum. Il y a même une boulangerie qui vend des chocolatines !

Baie de Kabira

Plage de Kabira, Ishigaki

A 10 minutes à pieds du village, la guesthouse baigne vraiment dans une atmosphère hawaïenne. Staff en short et en mode ultra-zen, ukulélés, hamacs et plantes tropicales… baisse de tension assurée ! La maison de Gon, le propriétaire, abrite quelques chambres mais nous logeons dans le jardin, dans une super cabane en bois sous les arbres.

Iriwa Guesthouse

Hibiscus Ishigaki

A une dizaine de minutes, deux plages sont accessibles par une petite marche à travers les champs. Les récifs de coraux ne sont pas bien loin et on peut observer pas mal de poissons et même un cobra de mer qui nous aura donné une sacré frayeur ! Pour les plus courageux, la plage de Sokochi est à une petite demie-heure de marche et donne l’occasion de traverser les beaux paysages tropicaux d’Ishigaki. La plage est idéale pour assister au coucher du soleil ! Le retour dans le noir, accompagné de quelques chauves-souris, fait aussi partie de l’expérience !

Plage de Sokochi

Pour s’éloigner un peu de Kabira, ça devient vite plus compliqué. Il y a bien des vélos à louer à la guesthouse, mais un seul a des freins qui fonctionnent. Il y a bien une voiture mais toute la guesthouse se la partage et avec nos grasses matinées le véhicule a bien souvent disparu à notre réveil ! Il nous reste le bus, pas forcément hyper régulier mais qui fera l’affaire pour nous amener à la plage de Yonehara, une plage plus familiale plutôt jolie avec une belle vue sur les environs. Le snorkeling est ici l’activité principale et avec le faible dénivelé de la plage on peut s’aventurer assez loin pour voir de jolis poissons.

Plage Ishigaki

Bref, happés par le rythme cool de cette île et rebutés par le prix exorbitant de certaines activités (kayak, plongée vraiment chers et n’acceptant parfois pas les étrangers !) nous avons alterné entre plage, café, glaces et détente à la guesthouse. Ishigaki ne manque pas de supers coins, mais si on peut vous donner un conseil c’est vraiment de louer un véhicule à votre arrivée si votre budget le permet, comme ça vous pourrez profiter à fond de l’île !

Bye bye les foodies !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *